afpl

La psychomotricité, une profession de santé

Une reconnaissance officielle…

La psychomotricité fait partie des professions paramédicales. Elle est réglementée par deux décrets:
- celui du 6 mai 1988, n°88-659 : Ce décret met en place le décret de compétences qui fixe les cadres d'intervention du psychomotricien,
- celui du 4 février 1995, n°95-116 : Ce décret inscrit les psychomotriciens au livre IV de la Santé Publique et les place comme auxiliaires de la médecine.
Ces décrets rassemblent l'ensemble des dispositions réglementaires et en particulier le champ de compétence qui fixe la liste des actes professionnels que les psychomotriciens sont habilités à accomplir.

... Mais un statut incomplet.

La profession vit un paradoxe car bien que reconnue par les pouvoirs publics en raison de son efficacité, elle n'est toujours pas conventionnée. Son statut actuel ne garantit pas aux patients le droit de remboursement des soins par l'assurance maladie. En revanche, depuis peu, de plus en plus de mutuelles contribuent à l'accompagnement de certains actes de soins psychomoteurs et proposent à leurs adhérents des forfaits permettant des formules de remboursement.

Des domaines d'intervention clairement identifiés...

Les pratiques psychomotrices (éducatives, rééducatives et thérapeutiques) visent le rétablissement de fonctions essentielles comme :
- la régulation tonique et le réajustement de la personnalité,
- la construction du schéma corporel et la représentation de l'image du corps,
- l'équilibre physique et mental,
- la structuration de l'espace-temps,
- la coordination gestuelle et la latéralité…
Elles articulent la recherche de sens entre
les dimensions psychiques : les émotions, la vie de relation, la cognition et
les dimensions somatiques : le corps agi, le corps perçu, le corps représenté.

... Et des moyens singuliers.

La particularité de la clinique psychomotrice tient à la mise en jeu du corps. Le professionnel propose au patient de s'engager dans des situations soigneusement ciblées. Il l'invite aussi à symboliser les difficultés de cette expérience et par là même l'accompagne à dépasser ses troubles affectifs, cognitifs, identitaires et/ou comportementaux.